Les Monty

Philippe Schwartz doit beaucoup à ses grands-parents maternels. Ils lui ont légué, entre autres, son deuxième prénom, Monty.

Lou

Monty Peintre

Louis-Eustache Monty (Lou)

Louis-Eustache Monty (1873-1933), son grand-père, était un peintre de renom qui décorait les églises du Canada et du Nord des Etats-Unis. Plus de deux cents monuments religieux portent encore fièrement ses couleurs.

En 2010, 51 toiles qui décoraient un monastère à Trois-Rivières (Québec, Canada) furent récupérées par une galerie d’art locale afin d’être exposées de façon permanente.

Au cours de sa carrière, Louis-Eustache, a chuté à plusieurs reprises du haut de ses échafaudages, alors qu’il peignait les voûtes des églises. Lors de l’une de ces chutes, grièvement blessé, il a été miraculeusement guéri par l’un de ses cousins, le frère André (Alfred Bessette) de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal (canonisé par le pape Benoît XVI le 17 octobre 2010). La dernière chute s’est avérée mortelle. Décédé à 60 ans, il laissa des centaines d’œuvres peintes, une veuve, Stella MacNeil, et… quinze enfants.

Voûte Monty

Une des voûtes réalisées par Louis-Eustache Monty dans une église du Québec

Nana

Monty

Stella et Lou

Stella MacNeil connut un destin particulièrement riche. Elle est née en 1878 à Chapeau (Québec Canada). Agée de vingt ans, elle posa pour un peintre célèbre, à l’époque… Louis-Eustache Monty, en passe de décorer une église. De la fresque réalisée, à l’autel de cette même église, il n’y avait qu’un pas, allégrement franchi par le peintre et son modèle, car Stella y épousa Louis-Eustache.

Stella et Lou déménagèrent à de nombreuses reprises au cours de leur vie commune, traversant plusieurs provinces canadiennes (Québec, Ontario, Manitoba), s’installant même aux Etats-Unis, dans le Dakota du Nord. Ils aboutirent finalement à Montréal, où ils changèrent de pénates au moins cinq fois.

Alors qu’ils vivaient à Trois-Rivières (Québec, Canada) , Stella fut organiste et chef de chœur. Elle fonda et dirigea une école catholique pour jeunes filles de langue anglaise (!!!), fut membre d’une association d’entraide pour femmes, tout en donnant des cours de peinture.

Arrivée à Montréal, elle joua de l’orgue au « Club des marins catholiques »,  association d’entraide, fut membre du « Club des Arts et des Lettres » de Montréal, ouvrit et dirigea une boutique de cadeaux et de souvenirs « De Monti Studio and gift shop » et peignit de très nombreux paysages hivernaux.

Après le décès de Lou, en 1933, elle se lia d’amitié avec un sculpteur animalier, Zénon Alary. Ensemble, ils ouvrirent une boutique d’art et d’artisanat à Repentigny, banlieue Nord de Montréal. Ils finirent par déménager dans les Laurentides et vécurent dans deux maisons voisines.

MacNeil

Les couleurs (le tartan) du clan MacNeil

Stella  a toujours porté fièrement les couleurs et le tartan du clan MacNeil, auquel elle appartenait de plein droit. Elle entretint une correspondance assidue avec le chef de clan, qui habitait alors les Etats-Unis. Ce dernier ne manqua jamais de l’entretenir des nouvelles et de l’évolution du clan.
Voir Philippe Macneil

Stella, que ses petits-enfants appelaient Nana, une véritable force de la nature au caractère bien trempé, s’éteignit à l’âge de quatre-vingt-sept ans à Pointe-Claire (Québec, Canada).

Les oeuvres de Loui-sEustache Monty figurent actuellement dans une collection permanente.

Les oeuvres de Louis-Eustache Monty figurent actuellement dans une exposition permanente.