Marie-Amance Schwartz

MAS

Marie-Amance Schwartz

Marie-Amance Schwartz a participé, en tant que comédienne, au Festival estival en Bourbonnais. Elle a incarné tour à tour, avec fraîcheur et conviction, Marie de France (poète médiéval), Jehanne la Pucelle d’Orléans, Aurore Dupin (la future George Sand), Camille Claudel (avant de sombrer dans la folie), la jeune Gabrielle Chanel à l’époque où elle était moulinoise, et enfin, Lou Andréas Salomé, qui a fait tourner toutes les têtes, de Nietzsche à Freud.

IMGP0407

Mais Marie-Amance possède plus d’une corde à son arc. Si elle s’est glissée dans la peau de ses personnages, elle a également fait glisser ses pinceaux sur les toiles. C’est elle qui a créé la plupart des dessins et peintures servant de toile de fond aux affiches de tous les spectacles de Philippe Schwartz, de Marie de France, en passant par Rilke et Lou (ci-contre) jusqu’à la dernière pièce en date, c’est-à-dire, Détective.

Née à Moulins en 1981, elle a effectué ses études primaires et secondaires à Moulins, a poursuivi son cursus à Clermont-Ferrand (L.E.A .), à Lyon et à Paris (École de maquillage artistique Muriel Bourgeay), pour enfin revenir à sa passion de jeunesse, le cheval, en se spécialisant en éthologie équine, au haras de la Cense, dans les Yvelines.

MAS

Marie-Amance Schwartz

IMGP0411Que ce soit sur scène, devant un chevalet ou sur un cheval, elle manifeste toujours cette même sensibilité à fleur de peau ou à fleur de toile, qui lui permet d’entrer de plain pied dans l’univers qu’elle choisit et d’y évoluer avec aise. Ce ne seront ni les spectateurs qu’elle a charmés ni les chevaux qui lui mangent dans la main qui diront le contraire.

IMG_0888